Skip to content
VM Samael Aun Weor: Gnose et Gnosticisme Prophéties Anthropologie Gnostique Psychologie Kabbale Alchimie Astrologie Tarot Méditation Symbols
Notre vie est comme un train en marche se mouvant dans les rails fixes des habitudes mécaniques, rigides, d'une existence vaine et superficielle

La maladie du lendemain

Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Éditeur VOPUS   

Le Christ. Depuis le commencement, j'ai enseigné aux prophètes, et je n'ai pas cessé jusqu'à aujourd'hui de parler à tous, mais beaucoup sont devenus sourds et insensibles à ma voix.

Le-Christ-benissant-Bellini- La maladie du lendemain

La plupart écoute avec un plus grand plaisir le monde que Dieu ; ils suivent plus facilement les désirs de la chair que la volonté de Dieu.

Le monde promet des choses temporaires et viles et ils le servent avec grand zèle ; moi, je promets des biens immenses et éternels, et les cœurs des mortels languissent.

Qui me sert et m'obéit en tout avec autant de diligence qu'il sert le monde et les seigneurs du monde ?

"«Tu devrais être rouge de honte, Sidon, lui dit la mer»" (ls. 23, 4). Et si tu demandes la raison, écoute-la: pour obtenir un pauvre bénéfice, on parcourt un long chemin ; pour obtenir la vie éternelle, pour beaucoup, c'est à peine s'ils font un pas.

On cherche un profit misérable; parfois on se dispute honteusement pour une pièce de monnaie; pour une chose vaine, et même pour la simple promesse d'une petite chose on ne craint pas de travailler jour et nuit rudement.

Mais, quelle honte ! Pour le bien incomparable, pour la grande récompense au-delà de toute mesure, pour l'honneur le plus haut et la gloire interminable on sent de la paresse s’il faut se fatiguer, ne serait-ce qu'un petit peu.

Honte à toi, donc, serviteur paresseux et plaintif, car les mondains sont plus actifs pour leur perte, que toi pour ton salut.

Eux jouissent plus dans la vanité, que toi dans la réalité. Leurs espoirs sont parfois déçus ; mes promesses ne déçoivent personne, ni ne laissent les mains vides à celui qui a confiance en moi. Ce que j'ai promis je le donnerai ; ce que j'ai dit, je l'accomplirai, mais à celui qui restera fidèle à mon amour jusqu'à la mort.

Je suis celui qui récompense tous les bons, et celui qui éprouve fortement tous les dévots.

Grave mes paroles dans ton cœur, et étudie-les avec soin, car à l'heure de la tentation, elles te seront très nécessaires.

Ce que tu ne comprends pas en le lisant, tu le comprendras, le jour où je te visiterai.

J'ai l'habitude de visiter mes élus de deux façons : avec des tentations et des consolations.

Et quotidiennement je leur enseigne deux leçons : une, en réprimandant leurs vices ; une autre, en les encourageant à progresser dans la vertu.

Qui connaît ma parole et la méprise, sera jugé par elle au dernier jour.

Thomas de Kempis, Imitation de Jésus-Christ (Extraits).

LA MALADIE DU LENDEMAIN

Sablier - La maladie du lendemaina

Samael Aun Weor

Il est urgent d'étudier la Gnose et d'utiliser les idées pratiques que nous donnons, pour travailler sérieusement sur soi-même.

Il est urgent de valoriser le Travail Ésotérique Gnostique, il est indispensable de le comprendre et de l'apprécier si, en réalité, nous aspirons à un changement radical.

Il y a des personnes qui, à un moment de leur existence, viennent aux études gnostiques, ils resplendissent avec la force de l'aspiration, s'enthousiasment avec le Travail Ésotérique jusqu'à jurer consacrer la totalité de leur existence à ces questions. Incontestablement tous les frères de notre mouvement en arrivent à admirer une personne si enthousiaste.

On ne peut pas moins que sentir une grande joie à écouter des personnes de cette classe, si dévotes et définitivement sincères. Cependant, l'idylle ne dure pas longtemps, un jour quelconque, pour tel ou tel motif juste ou injuste, simple ou compliqué, la personne se retire alors de la Gnose, abandonne le travail, et pour redresser ses torts, ou tenter de se justifier elle-même, s'affilie à n'importe quelle autre organisation mystique et pense qu'elle va mieux désormais.

Toutes ces allées et venues, tout ce changement incessant d'écoles, sectes, religions, est dû à la multiplicité de Mois qui luttent entre eux dans notre intérieur pour leur propre suprématie.

Étant donné que chaque Moi possède son propre critère, son propre mental, ses propres idées, il est presque normal, ce changement d'opinion, ce papillonnage constant entre les organisations, d'idéal en idéal, etc.

Le sujet en soi, n'est rien de plus qu'une machine qui sert de véhicule tantôt à un Moi tantôt à un autre.

Certains Mois mystiques s'auto-trompent, après avoir abandonné telle ou telle secte, ils ont décidé de se croire des Dieux, ils brillent comme des feux follets et finalement disparaissent.

Il y a des personnes qui se font valoir, un moment, dans le Travail Ésotérique et ensuite, à l'instant où un autre Moi intervient, elles abandonnent définitivement ces études et se laissent avaler par la vie.

Évidemment si quelqu'un ne lutte pas contre la vie, celle-ci le dévore ; et en vérité, rares sont les aspirants qui ne se laissent pas avaler par la vie.

Comme toute une multiplicité de Mois existe en nous, le CENTRE de GRAVITÉ PERMANENT ne peut pas exister.

Une véritable individualité n'existant pas, il s'avère impossible qu'il y ait continuité de propos.

Si l'individu psychologique n'existe pas, si en chacun de nous vivent beaucoup de personnes, s'il n'y a pas de sujet responsable, il serait absurde d'exiger de quelqu'un de la continuité de propos.

Nous savons bien que dans une personne vivent beaucoup de personnes, alors le sens complet de la responsabilité n'existe pas réellement en nous.

Ce qu'un Moi déterminé affirme à un moment donné, ne peut revêtir aucun sérieux, quand, concrètement, n'importe quel autre Moi peut affirmer exactement le contraire à n'importe quel autre moment.

Le plus grave de tout ceci, c’est que beaucoup de gens croient posséder le sens de la responsabilité morale et s'auto-trompent en affirmant être toujours les mêmes.

Il est presque normal que tous les sujets ne s'auto-réalisent pas intimement. Nous savons bien que l'Autoréalisation intime de l'Être exige la continuité de propos et, comme il est très difficile de trouver quelqu'un qui ait un Centre de Gravité Permanent, alors il n'est pas étrange qu’une personne qui arrive à l'Autoréalisation intérieure profonde, soit très rare.

Ce qui est normal c'est que quelqu'un s'enthousiasme pour le Travail Ésotérique et qu'ensuite il l'abandonne; ce qui est étrange, c’est quelqu'un qui n'abandonne pas le travail et arrive au but.

Certainement et au nom de la vérité, nous affirmons que le Soleil fait une expérience de laboratoire très compliquée et terriblement difficile.

Dans l'animal intellectuel erronément appelé homme, il existe des germes qui, convenablement développés, peuvent se transformer en Hommes Solaires.

Toutefois, il n'est pas superflu de clarifier qu'il n'est pas sûr que ces germes se développent, ce qui est normal c'est qu'ils dégénèrent et se perdent lamentablement.

En tout cas les germes mentionnés, qui doivent nous convertir en Hommes Solaires, ont besoin d'un milieu adéquat, car on sait bien que la semence, dans un milieu stérile ne germe pas, elle se perd.

Pour que la semence réelle de l'Homme, déposée dans nos glandes sexuelles, puisse germer, on a besoin de CONTINUITÉ DE PROPOS et d'un corps physique normal.

Comment pourrions-nous avoir de la continuité de propos, si nous n'établissons pas un Centre de Gravité dans notre psyché ? Toute race créée par le Soleil n'a certainement pas d'autre objectif dans la nature, que celui de servir les intérêts de cette création et l'expérience solaire.

La création de l'Homme Solaire n'est pas possible si nous n'établissons pas avant un Centre de Gravité Permanente dans notre intérieur.

La création d'Hommes Solaires est possible quand on lutte pour se libérer des forces lunaires. Il n'y a pas de doute que tous ces Mois que nous portons dans notre psyché sont de type exclusivement lunaire.

En aucune façon, il ne serait possible de nous libérer de la force lunaire, si nous n'établissions pas préalablement en nous, un Centre de Gravité Permanent.

Comment pourrions-nous dissoudre la totalité du Moi pluralisé si nous n'avons pas de la continuité de propos ? De quelle manière pourrions-nous avoir de la continuité de propos sans avoir préalablement établi un Centre de Gravité Permanent dans notre psyché?

Comme la race actuelle, au lieu de se libérer de l'influence lunaire, a perdu tout intérêt pour l'intelligence solaire, elle s'est incontestablement condamnée elle-même, à l'involution et à la dégénérescence.

Il n'est pas possible que l'Homme véritable surgisse au moyen de la mécanique évolutive. Nous savons bien que l'évolution et sa sœur jumelle l'involution, sont seulement deux lois qui constituent l'axe mécanique de toute la nature. On évolue jusqu'à un certain point parfaitement défini et ensuite vient le processus involutif ; à toute montée succède une descente et vice versa.

Nous sommes exclusivement des machines contrôlées par différents Mois. Nous servons à l'économie de la nature, nous n'avons pas une individualité définie comme le supposent erronément beaucoup de pseudo-ésotéristes et de pseudo-occultistes.

Nous avons besoin de changer avec la plus grande urgence, afin que les germes de l'Homme donnent leurs fruits.

C'est seulement en travaillant sur soi-même, avec une véritable continuité de propos et le sens complet de la responsabilité morale, que nous pouvons nous convertir en Hommes Solaires. Cela implique de consacrer la totalité de notre existence au Travail Ésotérique sur soi-même.

Ceux qui ont l'espoir d'arriver à l'état solaire grâce à l'évolution, se trompent eux-mêmes et se condamnent de fait, à la dégénérescence involutive.

Dans le Travail Ésotérique nous ne pouvons nous donner le luxe de la versatilité; ceux qui ont des idées girouettes, ceux qui travaillent aujourd'hui sur leur psyché et le lendemain se laissent avaler par la vie, ceux qui cherchent des faux-fuyants, des justifications pour abandonner le Travail Ésotérique, dégénéreront et involuerons.

Quelques-uns diffèrent l'erreur, laissent tout du jour au lendemain, bien qu'ils aient amélioré leur situation économique, sans tenir compte que l'expérience solaire est quelque chose de très différent de leur critère et de leurs traditionnels projets.

Une personne est réellement ce qu'est sa vie. Ce qui continue au-delà de la mort, c'est la vie. Ceci est la signification du livre de la vie qui s'ouvre avec la mort.

Cette question, d'un point de vue strictement psychologique, un jour quelconque de notre vie est réellement une petite réplique de la totalité de la vie.

De tout cela nous pouvons déduire ce qui suit: SI UN HOMME NE TRAVAILLE PAS SUR LUI-MÊME AUJOURD'HUI, IL NE CHANGERA JAMAIS.

Quand on affirme qu'on veut travailler sur soi-même et qu'on ne travaille pas aujourd'hui remettant à demain, une telle affirmation sera un simple projet et rien de plus, parce que aujourd'hui se trouve être la réplique de toute notre vie.

Il existe par là un dicton populaire qui dit: “Ne remettez pas à demain ce que vous pouvez faire le jour même”.

Si un homme dit: “Je travaillerai sur moi-même, demain”, personne ne travaillera sur soi-même, parce que il y aura toujours un lendemain.

C'est très identique à un certains avis, annonce ou écriteau, que quelques commerçants mettent dans leurs magasins: “Aujourd'hui nous ne faisons pas crédit, demain si”. Quand quelqu'un de nécessiteux arrive pour solliciter un crédit, il se heurte à ce terrible avertissement, et s'il revient un autre jour, il trouve à nouveau, la malheureuse annonce ou l'écriteau.

C'est ce qu'on appelle en psychologie: “LA MALADIE DU LENDEMAIN”.

Bien qu'un homme dise “demain”, il ne changera jamais.

Nous avons une nécessité urgente, et non ajournable, de travailler sur soi-même aujourd'hui, ne pas rêver paresseusement à un futur ou à une opportunité extraordinaire.

Ceux qui disent: “Avant je vais faire ceci ou cela et ensuite je travaillerai” ne travailleront jamais sur eux-mêmes; ceux-là sont les habitants de la terre mentionnés dans les Écritures Sacrées.

J'ai connu un puissant propriétaire terrien qui disait: “J'ai d'abord besoin de m'enrichir et après je travaillerai sur moi-même”.

Quand il tomba mortellement malade, je lui ai rendu visite, alors je lui ai posé la question suivante: “Vous voulez encore vous enrichir ?”, “Je regrette vraiment d'avoir perdu mon temps”, me répondit-il. Deux jours après il mourut, après avoir reconnu son erreur.

Cet homme avait beaucoup de terres, mais il voulait s'approprier les propriétés voisines, “s'enrichir”, afin que son hacienda reste exactement limitée par quatre chemins.

Magdalena

“À chaque jour suffit sa peine!” a dit le Grand KABÎR Jésus: auto-observons-nous, aujourd'hui même, pour ce qui est du jour récurrent, miniature de notre vie entière.

Quand un homme commence à travailler sur lui-même, aujourd'hui même, quand il observe ses contrariétés et ses peines, il marche sur le chemin du succès.

Si une personne commençait sa journée consciemment, il est ostensible qu'un tel jour serait très différent des autres jours.

Quand on prend la totalité de sa vie comme le jour qu'on est entrain de vivre, quand on ne laisse pas pour demain ce qu'on peut faire le jour même, on arrive réellement à connaître ce que signifie travailler sur soi-même.

Un jour n'est jamais dépourvu d'importance ; si en vérité nous voulons nous transformer radicalement, nous devons nous voir, nous observer et nous comprendre journellement.

Pourtant, les gens ne veulent pas se voir eux-mêmes; certains, ayant envie de travailler sur eux-mêmes, justifient leur négligence avec des phrases comme: “Le travail au bureau ne me permet pas de travailler sur moi-même”. Paroles sans aucun sens, creuses, vaines, absurdes, qui servent seulement pour justifier l'indolence, la paresse, le manque d'amour pour la Grande Cause.

Il est évident que les gens comme çà, bien qu'ils aient beaucoup d'inquiétudes spirituelles, ne changeront jamais.

Nous observer nous-mêmes est urgent, non ajournable.

Non seulement nous avons besoin de connaître notre journée, mais aussi la relation avec celle-ci. Il y a certains jours ordinaires que chacun expérimente directement, exceptés les événements insolites, inhabituels.

Il s'avère intéressant d'observer la récurrence quotidienne, la répétition des mots et des événements, pour chaque personne.

Cette répétition ou récurrence d'événements et de mots, mérite d'être étudiée, elle nous conduit à l'auto-connaissance de soi. L'Auto-observation intime est fondamentale pour le changement véritable.

Quel est votre état psychologique au lever ? Quel est votre état d'âme pendant le petit déjeuner ? Avez-vous été impatient avec le serveur, avec l’épouse ? Pourquoi avez-vous été impatient ? Qu'est-ce qui vous dérange toujours ? etc.

Fumer ou manger moins, ce n'est pas tout le changement, même s'il indique une certaine progression. Nous savons bien que le vice et la gloutonnerie sont inhumains et bestiaux.

Il n'est pas bien que quelqu'un consacré au Chemin Secret ait un corps physique excessivement gros et avec un ventre volumineux et hors de toute eurythmie de perfection. Cela indiquerait de la gloutonnerie, de la gourmandise et jusqu'à la paresse.

La vie quotidienne, la profession, l'emploi, bien que vitaux pour l'existence, constituent le sommeil de la Conscience.

Savoir que la vie est un rêve ne signifie pas l'avoir compris. La compréhension vient avec l'Auto-observation et le travail intense sur soi-même.

Pour travailler sur soi, il est indispensable de travailler sur sa vie quotidienne, aujourd'hui même, et on comprendra alors ce que signifie cette phrase de la prière du Seigneur: “Donnez-nous notre Pain de chaque jour".

La phrase «Chaque Jour», signifie le «Pain Supersubstantiel» en grec, ou le «Pain d'en Haut».

La Gnose donne ce Pain de Vie, dans le double sens, des idées et des forces qui nous permettent de désintégrer les erreurs psychologiques.

Perseu- Gorgona

Chaque fois que nous réduisons en poussière cosmique tel ou tel “Moi”, nous gagnons de l'expérience psychologique, nous mangeons le «Pain de la Sagesse», nous recevons une connaissance nouvelle.

La Gnose nous offre le «Pain Supersubstantiel», le «Pain de la Sagesse», et il nous indique avec précision la nouvelle vie qui commence en nous-même, à l'intérieur de nous-même, ici et maintenant.

Par conséquent, il convient que nous nous rendions chaque fois, plus conscients du Chemin sur lequel nous sommes ; au lieu de perdre du temps, réfléchissons et travaillons, parce que ce corps que nous avons, mes chers frères, ne durera pas beaucoup, à tout moment ce corps que nous avons peut aller au panthéon, à tout moment ce corps que nous avons, vivra sa veillée funèbre.

Je vous invite à réfléchir avant que nous le perdions, avant que puisse arriver ce fait, qui peut arriver à tout moment, travaillons, parce que si l'un d'entre vous est déjà dans la dernière de ses existences, en travaillant on lui donnera de nouvelles opportunités, mais si vous ne travaillez pas, si vous ne vous préoccupez pas pour l'Autoréalisation, donc, ces nouvelles opportunités ne lui viendront pas ; par conséquent, le mieux, c’est de travailler, d’entrer sur le Chemin, ne pas perdre le temps bêtement.

L'heure que nous vivons est critique et difficile, et déjà il n'y a plus de remède. Il ne nous reste maintenant qu'une seule chose : nous préoccuper de mourir en nous-mêmes et avancer le plus que nous pouvons sur le chemin de l'Autoréalisation intime de l'Être.

Dans les temps anciens de la Lémurie - à ces époques les rivières étaint d'eau pure de vie, d’où jaillissaient le lait et le miel -, l'humanité était gouvernée par le PRINCIPE FULASNITANIEN. Un tel principe donnait une vie très longue aux êtres humains. On pouvait vivre alors, normalement, de 10 à 15 siècles ; il y avait un temps plus que suffisant pour former en nous-mêmes les Corps Existentiels Supérieurs de l'Être.

De nos jours, tout est différent: l'espèce humaine est maintenant gouvernée par le PRINCIPE ITOKLANOS, qui est certainement un principe animal; on meurt quand on s’y attend le moins, l'existence a été trop raccourcie...

Dans l'Égypte des Pharaons, on arrivait encore à vivre jusqu'à 140 ans. Au Moyen Âge, la moyenne d'âge était entre 90 et 110 ans, plus maintenant, en ce moment, on ne vit quasiment plus. Ainsi, donc, en vivant en accord avec le principe de la vie animale (Itoklanos), nos existences sont généralement éphémères...

Si à l'époque de la Lémurie, quand on vivait en accord avec le grand Principe Fulasnitanien, il y avait un temps plus que suffisant pour créer les Corps Existentiels Supérieurs de l'Être et éliminer de notre nature tout élément inhumain, maintenant tout est différent.

Le Principe Itoklanos ne tient pas du tout compte des Corps Existentiels Supérieurs de l'Être, mais des animaux, et on meurt quand la nature a besoin de nous.

C'est-à-dire, comme dans chacun de nous il y a une substance que la nature utilise pour sa propre nutrition, elle nous désincarne quand elle considère que notre heure est arrivée, qu'elle a besoin de son aliment, elle se paie, sans tenir compte du tout, si l'individu a ou n'a pas fabriqué les Corps existentiels Supérieurs de l'Être [et a désintégré les éléments inhumains] ; c'est le principe Itoklanos.

De sorte que maintenant l'humanité est entrain de vivre en accord avec un Principe strictement animal: le Principe Itoklanos. Le Principe Itoklanos n'est pas pour une véritable espèce humaine, mais comme l'humanité est tellement dégénérée, il ne reste pas d'autre remède que de la gouverner avec le Principe Itoklanos (celui des animaux).

Cette vérité est crue, mais c'est la vérité.

Voyez comme tout a changé au travers le temps et les années : aujourd'hui, malheureusement, l'espèce humaine est gouvernée par le Principe Itoklanos, elle ne sait pas à quelle heure sonne la désincarnation pour telle personne, pour tel ou tel étudiant de l'Ésotérisme. Alors que faire ? PROFITER du TEMPS au maximum, transmuter le Sperme en Énergie, fabriquer rapidement les Corps Existentiels Supérieurs de l'Être [et éliminer les éléments indésirables], avant qu'il ne soit trop tard, parce qu'on ne sait pas à quel moment vient la désincarnation.

C’est la seule condition, se dépêcher, travailler rapidement, il n'y a pas d'autre remède ; nous ne sommes plus gouvernés par le Principe Fulasnitanien (quand il y avait du temps). Il n'y a plus de temps, il faut maintenant profiter du peu que nous avons..

Si nous ne voyons pas l'urgence de dédier la totalité de notre existence au travail sur soi-même dans le but de nous libérer de la double force lunaire, nous terminerons avalés par la Lune, en involuant, dégénérant chaque fois de plus en plus, dans certains états que nous pourrions bien qualifier d'inconscients et d’infra-conscients.

Maintenant, ce n'est plus le moment de perdre le temps, de passer les années dans la facilité, car nous nous trouvons dans un moment critique et difficile. Les temps de la fin sont déjà arrivés, on attend les catastrophes qui doivent survenir, et la GRANDE CATASTROPHE, avec laquelle doit rester scellée toute l'Apocalypse.

Nous ne pouvons pas passer une vingtaine d'existences en jouant le rôle de Fakirs, de Moines et de Yogis. Nous sommes «en travail» ; le moment où nous nous trouvons exige que, une fois pour toutes, nous prenions le Quatrième Chemin, la Gnose, la Quatrième Voie, c'est le plus pratique.

Par conséquent, ce dont nous avons besoin, actuellement, c'est DE LAISSER la PARESSE MENTALE, travailler très dur sur soi-même.

Si nous y arrivons, si nous brisons tous ces agrégats psychiques, la Conscience restera éveillée, individualisée ; nous aurons alors fait de notre vie un chef-d'œuvre.

Nous répétons:

Un homme est ce qu'est sa vie; si un homme ne modifie rien à l'intérieur de lui-même, s'il ne transforme pas radicalement sa vie, s'il ne travaille pas sur lui-même, il perd misérablement son temps...
La maladie du lendemain - Samael Aun Weor
AddThis Social Bookmark Button
 
La Perception des Archétypes Éternels >

Connaissance Universelle

Science
Art
Philosophie
Mystique/Religion