Skip to content
VM Samael Aun Weor: Gnose et Gnosticisme Prophéties Anthropologie Gnostique Psychologie Kabbale Alchimie Astrologie Tarot Méditation Symbols
Celui qui veut se libérer de la roue fatale du Samsara, doit dissoudre le Moi et incarner son Âme
La Gnose | VOPUS arrow Art arrow L'Éternel Principe Féminin Divin

L'Éternel Principe Féminin Divin

Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Samael Aun Weor   
L'Éternel Principe Féminin Divin - Femme avec enfant (William Bouguereau)

"En Asie, jamais n’ont été érigés de monuments aux grands héros, ni à Gengis Khan et à ses sanglantes batailles, mais à la femme. C’est que les asiatiques ont compris que nous pouvions radicalement nous transformer seulement au moyen de la force merveilleuse de l’Amour".

"La maternité, l’Amour, la femme : il y a là quelque chose de grandiose qui résonne toujours de manière permanente dans le chœur de l’espace ; la femme est la plus belle pensée du Créateur, faite chair, sang et vie".

La femme a toujours été au côté des grands hommes, elle les a animés, elle leur a donné des idées, elle les a poussés à la lutte, elle les a mis sur un piédestal, elle les a orientés pour qu’ils réalisent des œuvres gigantesques.

De même que Minerve chez les Romains, Athéna chez les Grecs, Tonanzin, chez les Aztèques, Devi-Kundalini chez les Indiens. Isis resplendit dans l’ancienne Égypte des pharaons comme la Divinité féminine par excellence.

L'Éternel Principe Féminin Divin - La Déesse Isis, Egypte

Ce fut là-bas au Pays ensoleillé de Kem, où resplendirent avec une force surnaturelle les temples dédiés à la préparation des Prêtresses, également appelées Vestales, lesquelles devaient ensuite accomplir la mission sacrée de lever l’homme.

Actuellement, nous aussi les hommes, incapables d’éliminer nos egos, nos mois, nous nous trouvons submergés dans la dégénérescence, irresponsables envers notre famille et envers la société elle-même, ce qui a contraint la femme à entrer en compétition avec l’homme, en quête de subsistance pour elle- même et ses enfants. Ainsi, aujourd’hui comme hier, la femme affronte un double défi : chercher sa subsistance et régénérer l’homme.

Isis, représentation de l’Éternel Féminin, de Dieu-Mère Nature, la Grande Mère, fut vénérée chez les Égyptiens par tous ceux qui ont osé connaître et suivre fidèlement ses mystérieux enseignements.

Au commencement des temps, la femme était adorée de manière très spéciale, on la considérait comme une partie intégrante et comme une descendante de l’éternel féminin, c’est-à-dire de ce concept ancestral, également enraciné dans la culture Maya, Tibétaine, Chrétienne, Druidique, Persane, Scandinave, etc.., dans laquelle la femme est la vive représentation physique de Dieu-Mère Nature. De plus, des milliers de temples destinés à l’adoration et à l’étude de la femme comme représentation objective de la nature ont existé. Si nos concepts sur la femme étaient aussi élevés que ceux qu’en avaient ces peuples antiques (traités à tort de sauvages), nous aurions un monde meilleur.

El Eterno Principio Femenino Divinal - La Familia

Des sociologues et psychologues très intelligents comme Sigmund Freud et son disciple C. J. Jung, ont défendu l’idée que “La femme n’est ni plus ni moins que l’axe central de la vie familiale, le noyau ou le soleil autour duquel tourne toute la société, comme s’il s’agissait des petites planètes d’un système solaire appelé famille.”

Sans la femme comme trait d’union entre les êtres humains, l’humanité entière serait un chaos.

Malheureusement, il existe de nos jours beaucoup de pédants qui prétendent séparer de l’existence tout ce qui est sensible, simple, émotif ; au bout du compte, des choses qui n’appartiennent pas à la matière, mais à l’âme de l’être humain.

Mais à force de nous heurter contre la dure paroi, terriblement rude, qu’est la vie elle-même, nous finissons par estimer ces choses qui sont les moins estimées par le dénominateur commun, par la masse des gens : l’affection, l’amour, la tendresse, la patience, le fait de savoir se mettre à la place de celui qui souffre pour ressentir ce qu’il ressent, etc..

L'Éternel Principe Féminin Divin - La femme

Nous disons tous le contraire : “ces choses sont importantes pour nous”, mais c’est de la pure théorie, parce que quand il faut le démontrer, il ne reste que des mots vides, et nous sommes rarement véritablement sincères...

Avec tout le respect dû à tous ceux qui lisent ces mots, nous croyons que la société actuelle est en train de nous convertir en des êtres insensibles, durs, entêtés, très égoïstes et que nous nous préoccupons seulement de nos plaisirs sensuels, sans nous soucier de ce qui arrive à tous ceux qui souffrent, et dans ce cas, à la femme, qui au sens large du terme est notre mère. Et toute mère est très digne, du fait de tous les problèmes qu’elle a eus dans sa vie, et de tous les inconvénients et incompréhensions qui existent entre elle et ses enfants.

La Mère est ce que l’être humain peut connaître de plus sublime dans l'Amour, de cela tu peux être sûr, fin lecteur : personne ne t’aime autant… !

Samael Aun Weor

L'Éternel Principe Féminin Divin
AddThis Social Bookmark Button
 
< L’ Amour   L'Art >

Connaissance Universelle

Science
Art
Philosophie
Mystique/Religion